La randonnée en Corse


La randonnée

La randonnée en Corse
Connue pour la beauté de son littoral et de ses plages, la Corse offre également un vaste « terrain de jeu » pour tous les amoureux du trek.

Du littoral escarpé à la haute montagne rocheuse, vous vous laisserez surprendre par la variété des paysages et des reliefs insulaires. Il y en a pour tous les goûts, depuis le randonneur amateur jusqu’au fondu de raids extrêmes.

Une multitude de sentiers vous permettent de découvrir ce riche potentiel : Mare a Mare (nord, centre et sud), Mare e Monti (nord et sud), et bien sûr le mythique GR20, réputé comme étant le plus difficile GR d’Europe.

Chacun apporte ses plaisirs : baignade en rivière, arrivée sur une plage, parcours ombragé dans le maquis ou exposé en montagne, traversée de villages typiques, nuit en refuge, isolement, etc.

GR 20 ou pas ?

La randonnée en Corse
Très médiatisé, le GR20 suscite beaucoup de convoitises ! De plus en plus de randonneurs tentent l'aventure tous les ans, certains avec joie, d'autres avec regrets...

Une chose est sûre, cette randonnée ne doit pas être sous-estimée. Elle n'est comparable à aucune autre, et il faut accepter de considérer cette randonnée comme "sérieuse".

Si vous pensez venir randonner en Corse pour vivre des vacances tranquilles et confortables, préférez d'autres circuits, plus abordables et offrant plus de possibilités de "farniente".
Si vous aimez l'effort physique, les dénivelés, les hébergements "rustiques", les pierriers, les pentes raides et que vous n'avez pas le vertige, alors le GR20 peut satisfaire vos envies de randonnées !

Choisir de faire le GR20, c'est donc choisir de s'y préparer physiquement, éventuellement d'investir dans du bon matériel, et d'organiser son séjour avec rigueur et souplesse à la fois. De la rigueur car chaque étape s'étudie à l'avance (analyse des dénivelés cumulés, du temps de marche, réservation des refuges, etc.), mais aussi de la souplesse car vous devez adapter votre progression aux conditions du moment (météo, fatigue, douleurs...).
Aussi, il est préférable de prévoir une marge de sécurité (+2/3j) sur la durée de votre séjour, pour s'autoriser des pauses en cas de "coup dur", ou tout simplement pour profiter un peu plus longtemps d'un endroits où vous vous sentez bien (refuge, gîte, bergeries...).

Le GR20, aussi difficile soit-il, doit rester un plaisir et non une fin en soi.

Sylvain MARTINEZ-CICCOLINI